jeudi 19 novembre 2020

Santé et intégration au Brésil

Santé et intégration au Brésil : s’approprier les politiques publiques pour exister (1920-1980)


Séminaire

 

Association pour la Recherche sur le Brésil en Europe - Lyon


Salle André Bollier, 1er étage, MSH-LSE
14 avenue Berthelot, 69007 LYON


OU EN LIGNE

https://desktop.visio.renater.fr/scopia/entry/index.jsp?ID=727216***1311&autojoin


Pour plus d’informations, merci de contacter :
valentine_mercier@hotmail.com



Présentation :

Alors que l’historiographie sur l’hygiénisme, développée tant en Europe qu’au Brésil, a bien montré la manière dont ce courant a contribué à la catégorisation voire à la stigmatisation d’une partie de la population, en régulant les modes de vie, nous souhaitons explorer comment, à l’inverse, certaines politiques publiques de santé ont pu concourir à la visibilisation de certains groupes, voire à leur intégration professionnelle, quand ils ont réussi à se les approprier pour les mettre au service de leurs projets et carrières.

Comité d’organisation : Valentine Mercier (LARHRA – Lyon 2), Natália Guerellus (MARGE – Lyon 3), Símele Rodrigues (MARGE – Lyon 3), Angélica Amâncio ( … - Lyon 3).


Séance 1 : Vendredi 13 novembre, 13h30

Normaliennes, infirmières, conseillères alimentaires : des carrières nouvelles pour les femmes ?
- Luiz Otávio Ferreira, « Cuidar, Ensinar, Assistir : afinidades socioculturais e profissionais entre professoras primárias e enfermeiras no Brasil (1920-1960). »

Cette présentation portera sur les origines sociale et raciale des infirmières, et leurs effets sur le développement de cette profession au Brésil, dans la première moitié du XXème siècle. Luiz Otávio Ferreira se concentrera sur la manière dont les politiques publiques de scolarisation et d’assistance à la santé ont établi une forte affinité entre les métiers d’infirmière et d’institutrice. Un grand nombre des détentrices d’un diplôme de l’école normale (les institutrices) ont intégré les écoles d’infirmières. Les normaliennes constituaient le type idéal de la femme recrutée pour la profession d’infirmière.

Esta apresentação versará sobre a origem social e racial de enfermeiras o efeito disso no processo de formação da profissão no Brasil na primeira metade do século XX. Tenho interesse em expor um trabalho sobre como as políticas públicas de escolarização e de assistência à saúde estabeleceram forte afinidade entre as profissões de enfermeira e de professora primária. As portadoras do diploma da escola normal (professoras primárias) ingressaram em grande número nas escolas de enfermagem. As normalistas contituiram o tipo ideal da mulher recrutada para a profissão de enfermeira.


- Érico Muniz, « Profissão visitadora de alimentação: políticas de nutrição e assistência social em Fortaleza (CE) entre 1943 e 1947 ».

Érico Muniz nous parlera de la consolidation des politiques publiques d’éducation alimentaire au Brésil. Celles-ci se caractérisent par le rôle actif que les femmes y jouèrent dans la structuration des carrières du domaine de la nutrition. En raison de leur implication dans l’alimentation de la famille, les femmes ont été considérées comme des éléments fondamentaux du projet interventionniste étatique, en particulier au moment de la création de la profession de « conseillère en alimentation », et, plus tard, avec la réglementation et l’exercice de l’activité des nutritionnistes, structurant en peu d’années des carrières majoritairement féminines.


Séance 2 : Mardi 15 décembre, 13h30

De la psychiatrie à la santé publique : stratégies d’intégration et apports à la science des carrières féminines

- Nara Azevedo e Daiane Rossi

Pendant le gouvernement Vargas (1934-1945), la politique de santé a supposé l’emploi de divers spécialistes non médecins (ingénieur-es, infirmièr-es, conseillèr-e sanitaire, guarde sanitaire, technicien-ne de laboratoire, biostatisticien-ne, etc) pour agir au sein du réseau de délégations fédérales installées dans huit régions du territoire national. L’Institut Oswaldo Cruz a alors été chargé d’assurer un cours de santé publique, et son équipe technico-scientifique mise à profit pour l’organisation d’une série de formations qui se déroulaient dans les états fédéraux. Or, ces dispositions perdurent dans les décennies suivantes, ouvrant ainsi des opportunités de recrutement et de travail pour les femmes, comme chercheuses et professeures de l’institution. Il s’agit de jeunes étudiantes et professionnelles venant de l’École de Pharmacie, de l’École de Chimie, et du cours d’Histoire naturelle de la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de l’Université du Brésil. L’objectif de cette communication est de se focaliser sur les contributions scientifiques de ces chercheuses concernant les aspects spécifiquement relatifs à la santé publique dans les années 1950 et 1960.

Durante o governo Vargas (1934-1945) a implementação da política de saúde requereu a contratação de especialistas não médicos com diversas formações profissionais (engenheiro, enfermeiras, visitadora sanitária, guarda sanitário, técnico de laboratório, bioestatístico, etc.) para atuar na rede de delegacias federais implementadas em oito regiões do território nacional. O Instituto Oswaldo Cruz foi encarregado de ministrar um curso de saúde pública e seu corpo técnico-científico aproveitado para ministrar uma série de cursos de aperfeiçoamento e especialização ministrados nos estados. Essas funções extrapolaram esse contexto, e se ampliaram nas décadas seguintes, abrindo oportunidades de recrutamento e trabalho para mulheres como pesquisadoras e docentes da instituição. Tratava-se de jovens estudantes e profissionais oriundas da Escola de Farmácia, a Escola de Química, e do curso de história natural da Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras da Universidade do Brasil. O objetivo dessa comunicação é a de focalizar as contribuições científicas dessas pesquisadoras nos aspectos específicos relativos à saúde pública durante as décadas de 1950 e 1960.


- Ygor Martins et Valentine Mercier, « Considerações sobre as primeiras mulheres psiquiatras no Brasil : formação, atuação, e estratégias de integração (décadas de 1920, 30 e 40) ».

Alors que Nise da Silveira (1905 – 1999) est réputée être la première et la seule femme psychiatre des années 1920 et 1930, le dépouillement des archives de sociétés médicales et de journaux montre qu’un petit groupe d’autres femmes (Alice Marques dos Santos, Iracy Doyle, Hercília Rocha Pitta, Eurydice de Magalhães Borges Forte, Ursulina Penteado Bueno et Juana Mancusi de Lopes) ont aussi étudié et exercé la psychiatrie à cette époque. Il s’agira alors de présenter leurs parcours pour comprendre quelles stratégies elles ont mis en place pour intégrer ces études, puis démarrer leurs carrières professionnelles. Nous montrerons que, si l’adéquation de leurs projets avec les politiques publiques de santé était une nécessité, cela ne suffisait pas à leur assurer une reconnaissance professionnelle, qui découlait aussi de leur profil social, de leur cursus universitaire, et de leurs réseaux de solidarité, en particulier féminins.

Frequentemente, a historiografia da medicina encarou Nise da Silveira (1905-1999) como a primeira e única psiquiatra mulher, no Brasil, durante as décadas de 1920 e 1930. Investigando a sociedade médica desse período, a partir de jornais diários, pode-se perceber que um pequeno grupo de outras mulheres (Alice Marques dos Santos, Iracy Doyle, Hercília Rocha Pitta, Eurydice de Magalhães Borges Fortes, Ursulina Penteado Bueno, Juana Mancusi de Lopes) também estudou e praticou a psiquiatria. Propõe-se pensar as experiências profissionais dessas personagens, a fim de entender as estratégias que mobilizaram para se inserirem nessa comunidade e iniciarem suas carreiras. Se a conformação de seus projetos às políticas públicas de saúde era uma necessidade da época, mostra-se que isso não foi suficiente para garantir o reconhecimento profissional delas. Outros elementos como perfil social, cursos universitários e redes de solidariedade, em especial as femininas, foram articulados e serão discutidos nesse trabalho.



Séance 3 : Mardi 12 janvier, 13h30

De l’assistance médicale à l’adoption : prendre en charge la pauvreté et l’enfance à l’aune de la santé.

- Fábio Macedo, « Les enfants noirs, l’adoption interraciale et l’émergence de la cause adoptive dans les milieux judiciaires de la protection de l’enfance à Rio de Janeiro ».

- Márcia Regina Barros da Silva, « Casas de caridade : história da formação de uma rede de assistência hospitalar paulista ».


Cette présentation portera sur l’évolution de l’assistance médicale et de l’accueil des patient-es dans les hôpitaux de charité de l’État de São Paulo. Entre la fin de l’Empire et la République, la croissance de l’assistance médicale dans les villes de cet État s’est mise en place à travers la création d’un réseau d’établissements de charité, ce qui a permis la prise en compte des maladies non épidémiques, et de la population pauvre des régions aux plus fortes densités de population. Les maisons de charité ont aussi rendu possible la professionalisation du soin, avec un corps de médecins, d’infirmières et d’administrateurs pour l’assistance hospitalière.

Esta apresentação versará sobre a movimentação de enfermos e atendimentos nos hospitais de caridade do estado de São Paulo. Entre o fim do Império e a República, o crescimento da atenção médica nas cidades paulistas se fez pela criação de uma rede de estabelecimentos de caridade, o que possibilitou a atenção a doenças não epidêmicas, e à população pobre das regiões de maior concentração populacional. As casas de caridade também possibilitaram a profissionalização do atendimento, com corpo de médicos, enfermagem e administradores para a assistência hospitalar.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire