vendredi 8 juillet 2022

Repos estival

 Le blogue entre dans sa période de dormance estivale. Il sera de retour à la mi août. 



Bel été ! 

Histoire globale du ginseng

A Global History of Ginseng: Imperialism, Modernity and Orientalism
 

Heasim Sul 
 

Publisher ‏ : ‎ Routledge; 1st edition (July 8, 2022)
Language ‏ : ‎ English
Hardcover ‏ : ‎ 258 pages
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-1032261423


 

Sul’s history of the international ginseng trade reveals the cultural aspects of international capitalism and the impact of this single commodity on relations between the East and the West.

Ginseng emerged as a major international commodity in the seventeenth century, when the East India Company began trading it westward. Europeans were drawn to the plant’s efficacy as a medicine, but their attempts to transplant it for mass production were unsuccessful. Also, due to a failure of extracting its active ingredients, Western pharmacology disparaged ginseng in the process of modernization. In the meantime, ginseng was discovered on the American continent and became one of the United States’ key exports to Asia and particularly China, but never cultivated a significant domestic market. As such, historicizing the ginseng trade provides a unique perspective on the impact of both culture and economics on international trade.

A compelling interdisciplinary history of over five centuries of East–West trade and cultural exchange, this book will be invaluable to students and scholars of transnational history and a fascinating read for anyone interested in the history of international trade.

lundi 4 juillet 2022

Psychiatrie et addictions en Europe au 20e siècle

Psychiatry and addictions in Europe in the 20th century

 
Call for Papers 

 International colloquium
26-27 January 2023, Strasbourg, France.


Submission and deadline information

Please send a 400-word abstract and a short CV with contact information to Anatole Le Bras and Marianna Scarfone by 12 September 2022.

Colloquium outline

“The inebriate although appearing to be in possession of his mind, will always be found on the other side of that mysterious border-line of mental health[i].” This observation by physician Thomas Crothers in 1881 is indicative of the fact that alcoholism was never integrated without controversy into the field of psychiatry[ii] – and the same holds true for other types of addiction. Historians have shown how social attitudes to the use of addictive substances have evolved over time. They have highlighted the interconnectedness of the history of substances such as opiates, tobacco or alcohol, which were at times incorporated into the same frame of reference, or at other times considered and handled separately[iii].

The goal of this international colloquium is to explore psychiatry’s contribution to the troubled and non-linear[iv] history of the medicalization of addictions in Europe throughout the 20th century. This question should be explored through the lens of medical concepts, institutions of care and cure, as well as patients’ experiences. At the same time, our aim is to explore how psychiatric archives may renew the social history of drugs. Proposals can be made along the five lines of enquiry that we present below.


1. Psychiatry and the medicalization of alcoholism and drug consumption

Various works have charted the emergence of the “disease concept” of alcoholism or drug addiction[v]. But was this disease concept predominantly a psychiatric one? When were alcoholism or drug consumption encompassed in the domain of mental illness – and were they seen rather as a cause, a consequence or as types of mental trouble in themselves? How did psychiatry integrate the concepts of inebriety, toxicomania, etc., to conceive the interrelations between alcohol, tobacco and other drugs, and how were these concepts replaced by the notion of addiction? How did psychiatrists interact with other actors involved in the care and cure of alcoholics and drug addicts, such as self-help or users’ movements, other physicians, or actors from the penal system? Finally, does the recent rise of addictology and neurobiology lead to a ‘depsychiatrization’ of addiction[vi]?


2. Addicted patients and psychiatric institutions

Lunatic asylums have long remained the main locus of care for alcoholics. What about other types of drug users? When and how did specific institutions (public as well as private) for the care of alcoholics and drug users emerge? How did the 20th century shift to outpatient care[vii] transform the psychiatric care of addiction? Were psychiatrists able, through consultations, dispensaries, and day clinics, to reach new types of drug users?


3. Psychiatric practices of cure and care

The tension between cure and coercion – at the heart of all psychiatric cure – tends to be exacerbated in the case of addiction, since, on the one hand, the patient’s desire to heal is seen as essential to success, whereas, on the other hand, the will to impose abstinence may encourage the use of coercion[viii]. How have psychiatrists conceived the role of coercion and constraint in the cure of their addicted patients? When and how did a psychotherapeutic perspective on drug consumption emerge, and how were psychiatric interpretations transformed by the advent of psychoanalysis? How was psychiatric care articulated with social work, and how were the addicted patient’s families integrated into the picture throughout the 19th and 20th centuries? Finally, the changing role of medication in the cure of alcoholism and drug addiction can be explored. How did psychiatry’s use of psychoactive substances contribute to the shifting of the boundaries between legal and illegal substances, between use and abuse? When and how was the problem of iatrogenic toxicomania tackled by psychiatrists?


4. National paths and international circulations

Another important area of investigation concerns the diversity of national responses to drug consumption. Patricia Prestwich has described how, starting from the mid-19th century, alienists were able to achieve an almost absolute monopoly (conceptual as well as institutional) over the question of alcoholism in France[ix]. But the role of the psychiatric profession was much more limited in other countries. What explains these differences? What role did transnational circulations and international psychiatric congresses play in the evolution of conceptions regarding alcohol and drug consumption?


5. Psychiatric archives as new sources for a social history of addictions

Psychiatric archives – and especially admission registers and patient files – usually contain very rich biographical material, which can be used to write a social history of alcohol and drug consumption, bringing new perspectives on a topic that is usually studied from the lens of legislation and public policies, or from that of cultural representations[x]. What can we know of the social background and biographical trajectories of addicted patients in psychiatric institutions? Psychiatric archives can also be very instructive on the question of the gendered uses and practices surrounding drugs. Finally, taking up the perspective of the “patient’s view”[xi], can psychiatric patient files be a way to uncover the voice of drug users?


[i] Thomas D. Crothers, “What Shall We Do with the Inebriate?”, Alienist and Neurologist, No. 2, 1881, p. 175.
[ii] Waltraud Ernst and Thomas Müller (eds.), Alcohol, psychiatry and society. Comparative and transnational perspectives, c. 1700-1990s, Manchester, Manchester University Press, to be published, October 2022.
[iii] Virginia Berridge, Demons. Our changing attitudes to alcohol, tobacco, and drugs, Oxford, Oxford University Press, 2013; David Courtwright, Forces of Habit. Drugs and the Making of the Modern World, Cambridge, Harvard University Press, 2001; David Herzberg, “Boundaries in the History of Alcohol, Drugs, and Medicines”, Social History of Alcohol and Drugs, Vol. 26, 2012, pp. 117–121.
[iv] On this idea of the non-linearity of the process of medicalization, see Dominique Vuillaume, “Interdire l’alcool ou soigner l’alcoolisme ? Flux et reflux de la médicalisation de l’alcoolisme aux États-Unis (1860-1995)”, Sciences sociales et santé, Vol. 34, 2016/4, pp. 5–31.
[v] Nicolas Fortané, “La carrière des ‘addictions’. D’un concept médical à une catégorie d’action publique”, Genèses, No. 78, 2010/1, pp. 5–24; H. Levine, “The discovery of addiction. Changing conceptions of habitual drunkenness in America”, Journal of Studies on Alcohol, Vol. 39, No. 1, 1978, pp. 143–74; Terry M. Parssinen and Karen Kerner, “Development of the disease model of drug addiction in the UK, 1870-1926”, Medical History, No. 24, 1980, pp. 275-296; Roy Porter, “The Drinking Man’s Disease: The ‘Pre-History’ of Alcoholism in Georgian Britain”, British Journal of Addiction, No. 80, 1985, pp. 385–396.
[vi] Virginia Berridge, “Was addiction psychiatry an accident in history?”, The Lancet Psychiatry, Vol. 3, October 2016, pp. 927–928.
[vii] Despo Kritsotaki, Vicky Long et Matthew Smith (eds.), Deinstitutionalisation and After. Post-War Psychiatry in the Western World, London, Palgrave-Macmillan, 2016.
[viii] For an exploration of this tension between freedom and constraint in the ‘technologies of recovery’ from alcoholism, see Mariana Valverde, Diseases of the Will: Alcohol and the Dilemmas of Freedom, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.
[ix] Patricia E. Prestwich, Drink and the politics of social reform: antialcoholism in France since 1870, Palo Alto, Society for the promotion of science and scholarship, 1988, 365 p.
[x] See, for example, the use of hospital records by Katariina Parhi to document drug use in Finland: Katariina Parhi, “No Coming Back to Sick Society: The Emergence of New Drug User Segment in the Järvenpää Social Hospital in Finland, 1965–1975”, Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, Vol. 76, No. 4, pp. 417–439.
[xi] Alexandra Bacopolous-Viau and Aude Fauvel, “The Patient’s Turn. Roy Porter and Psychiatry’s Tales, Thirty Years on”, Medical History, Vol. 60, No. 1, 2016, pp. 1–18.



Scientific committee


Virginia Berridge (London School of Hygiene and Tropical Medicine)

Volker Hess (Charité – Universitätsmedizin Berlin)

Anatole Le Bras (Université de Strasbourg)

Benoît Majerus (University of Luxemburg)

Alexandre Marchant (ENS Paris-Saclay)

Mathilde Rossigneux-Méheust (Université Lyon-II)

Marianna Scarfone (Université de Strasbourg)

dimanche 3 juillet 2022

Cinéma et psychanalyse

Cinéma et psychanalyse

Appel à contributions


Ouvrage collectif sous la direction de Michèle Benhaïm, Vladimir Broda et Nina Farrugia
 

Argumentaire

Avec une naissance au même moment, le lien entre cinéma et psychanalyse, n’est plus à démontrer. Cette rencontre s’effectue sensiblement autour du même objet : celui qui anime les affects enracinés dans le désir, pouvant aller d’une demande d’amour à une mort du désir. Consciemment ou non, l’écriture cinématographique convoque des phénomènes psychiques qui se jouent sur la scène inconsciente. En ce sens, de quoi le cinéma se fait-il l’interprète ? De l’œil à la caméra, en quoi l’objectif révèle t-il le subjectif ?

Nombres d’études font, en effet, partie intégrante d’une appréhension des deux disciplines ici convoquées et apportent des éléments de réponses. À la lumière des travaux de Christian Metz, de Marie-José Mondzain, ou encore de Georges Didi-Huberman, l’enjeu de cet ouvrage est de proposer une réflexion afin de décrire le rôle actuel de ces deux pratiques dans le Contemporain[1]. Quels sont les enjeux d’un cinéma et d’une psychanalyse (de l’) actuel ? Comment ces deux disciplines ne cessent de se tourner autour, jusqu’à rentrer en collision, ou bien s’éviter radicalement ? En quoi une approche interdisciplinaire est pertinente, voire nécessaire pour appréhender des problématiques contemporaines cliniques ou esthético-éthiques ?

Dans ses dimensions historiques, philosophiques, politiques et psychanalytiques, seront évoquées les problématiques de la toute-puissance de l’Image, des traumatismes, ainsi que de la question de l’impossible à représenter. L’inconscient et le hors-champ. Mais aussi l’inconscient dans le champ. Un irreprésentable qui, de deux manières, se loge au niveau de ce qui échappe à l’ordre de la représentation. D’une part, une chose serait a priori irreprésentable du fait d’attributs intrinsèques, d’extrême brutalité, ou de son appartenance même au Réel. D’autre part, une chose serait a posteriori irreprésentable du fait d’occultation politique et/ou idéologique délibérée.

En réalité, ces deux aspects s’entremêlent au cinéma. L’impossibilité de la représentation réside aussi bien dans la chose elle-même que dans la situation qui l’entoure. Une autre lecture se pose : si quelque chose est impossible à représenter, en quoi consiste cette impossibilité ? L’irreprésentable recouvre-t-il exclusivement le non-vu ? Ou bien le vu demeure-t-il invisible ?

Nous examinerons ainsi comment le cinéma contemporain joue le rôle de témoin et tente d’affronter cet impossible, ou, plus exactement, ce paradoxe. Par leurs valeurs traumatiques, de nombreux événements constituent ainsi une partie cruciale de la vie et s’érigent au rang de l’innommable. Ici, le spectateur, comme le cinéaste, est à la tâche de l’interprétation.

Cet ouvrage vise également à dialectiser le paradoxe existant entre éthique et esthétique dans le cinéma contemporain. En quoi un nouage éthique, esthétique et politique peut-il être convaincant par les enjeux transférentiels qui se tissent au fil du film ? La position occupée par la caméra sera un précieux critère. Depuis Freud, le rôle du regard importe, pour le moins, dans le dispositif.

Ainsi, nous nous demanderons si le pouvoir latent de l’image ne permet pas, de sublimer, de démasquer le Réel et ainsi, de représenter ce trauma. En analysant la manière dont l’esthétique s’élabore, il est intéressant de saisir que la structure du film s’organise selon une logique analytique qui résonne sur le plan éthique et politique. Celle-ci s’articule en tenant compte tant du nouage Réel Symbolique Imaginaire introduit par Lacan, que des trois temps logiques qu’il propose.

La question du rapport au corps sera enfin développée. Renonçant à l’ambition de représenter l’irreprésentable, certains artistes créent divers dispositifs représentatifs qui s’articulent aux dimensions corporelles. L’objectif est de toucher le corps des spectateurs et d’enclencher une irruption du Réel, rencontre, pour chaque spectateur de son propre réel irreprésentable, son intime.

Selon le discours psychanalytique, l’irreprésentable, en tant que trauma sensoriel, est refoulé et non symbolisable dès l’origine. Le discours politique, quant à lui, souligne l’effet secondaire de l’exclusion de la parole qui rend quelque chose irreprésentable. Dans une dimension politique, l’acte de représenter désignerait alors celui de segmenter le Réel.

Antagonismes ? Toute esthétique n’est pas éthique mais peut-être que toute éthique serait esthétique ?

Notre société contemporaine souffre de la prolifération de paroles et d’images stériles, ainsi que d’un traumatisme dissimulé, voire refoulé. Le témoignage en est difficile, la représentation en est impossible, mais certains réalisateurs s’attellent à cette tâche et se servent de l’irreprésentabilité comme moteur de leur travail. 


Modalités de soumission

Les propositions de chapitres (400-500 mots) doivent être envoyées aux trois adresses suivantes : Michelebenhaim3@gmail.com
Vladimirbroda1@gmail.com
Nina.farrugia@hotmail.fr
avant le 15 juillet.

Est demandé également une bibliographie indicative (cinq ouvrages/articles) ainsi qu’une biobibliographie des autrices et auteurs, comprenant leur domaine de recherche, leur champ d’intérêt (200 mots). Les chapitres se doivent d’être portés sur un corpus d’œuvre filmique limité : soit un film, soit l’œuvre (ou une partie) d’un/une réalisateur/trice.

Les chapitres peuvent être rédigés en binôme (cela est même recommandé).

Les chapitres retenus seront à soumettre avant le 30 octobre 2022. Les chapitres devront avoisiner les 30 000 signes (espaces compris) si binôme, et 20 000 signes (espaces compris) si vous êtes le seul signataire. La répartition d’écriture entre le binôme est libre. Les chapitres pourront comporter des illustrations, dont les droits d’utilisation auront été préalablement demandés par les auteurs/trices.


Modalités de sélection


Les propositions de chapitres seront évaluées par le comité de rédaction de l’ouvrage, en fonction du sujet proposé, de son articulation pertinente entre les deux disciplines et du choix des notions et concepts convoqués.

Une réponse sera donnée fin juillet par rapport à la sélection des chapitres. 


Note

[1] Nous définissons le Contemporain aux regards les travaux de Giorgio Agamben, notamment Qu’est-ce que le contemporain ? 2008, Paris, Rivage Essais Poches.




Contacts Vladimir Broda
courriel : vladimirbroda1 [at] gmail [dot] com

Michèle Benhaim
courriel : michelebenhaim3 [at] gmail [dot] com

Nina Farrugia
courriel : nina [dot] farrugia [at] hotmail [dot] fr



Source de l'information Vladimir Broda
courriel : vladimirbroda1 [at] gmail [dot] com

samedi 2 juillet 2022

Une nouvelle histoire du handicap et de la surdité

Construire une nouvelle histoire du handicap et de la surdité au travers des siècles


Appel à articles



L’objectif de cet ouvrage est de proposer une nouvelle synthèse historique, plurielle, ouverte, inclusive, qui rompe avec les rares ouvrages de synthèse existants, qui datent de plus d’une vingtaine d’années. L’appel à articles porte sur la deuxième partie de l’ouvrage. Cette section sera composée d’une trentaine de petits articles sur des cas d’études et des thèmes spécifiques, suivant quatre thématiques : l’évolution et la pluralité des interprétations (médicales, religieuses, sociales, etc.), les trajectoires individuelles ou collectives, les communautés de vie ou les institutions, les sociabilités et mobilisations collectives.



Présentation

L’objectif de cet ouvrage est de proposer une nouvelle synthèse historique, plurielle, ouverte, inclusive, qui rompe avec les rares ouvrages de synthèse existants, qui datent de plus d’une vingtaine d’années.

Cet ouvrage devrait permettre d’avoir à la fois une vision d’ensemble sur chaque période historique, et une multitude d’études de cas sur des trajectoires personnelles, des institutions, des mouvements sociaux. L’ouvrage serait, pour ce faire, composé d’une longue introduction, d’une première section construite autour de plusieurs chapitres sur chaque période, et d’une seconde section composée d’une trentaine d’études de cas. La lecture de l’ensemble de l’ouvrage donnerait un aperçu des résultats des recherches actuelles, et permettrait de mieux distinguer les zones d’ombre et les perspectives futures de recherche.

L’appel à articles porte sur la deuxième partie de l’ouvrage (environ 250 pages). Cette section sera composée d’une trentaine de petits articles sur des cas d’études et des thèmes spécifiques (entre 3 et 9 pages pour chaque article), comptant deux auteur.e.s maximum. 


Axes thématiques 

 
Thème 1 : L’évolution et la pluralité des interprétations (médicales, religieuses, sociales, etc.) de l’infirmité, de la surdité, de la cécité, de la lèpre, du handicap, etc.

Les auteurs pourront s’intéresser à la fois au processus de catégorisation par les administrations, le corps médical ou d’autres acteurs, mais également au processus d’auto-identification des personnes handicapées. 


Thème 2 : Les trajectoires individuelles ou collectives

Les auteurs sont invités à présenter la trajectoire d’un seul individu ou d’un collectif, afin de pouvoir montrer la diversité des trajectoires au sein de la catégorie des personnes considérées handicapées. Ils doivent, si possible, tenir compte des autres caractéristiques sociales des individus concernés (genre, âge, ethnie, niveau socio-économique, etc.), ainsi que l’environnement dans lequel l’individu se meut. Ces études pourront permettre d’interroger par exemple les conséquences de la richesse financière sur le stigmate de l’infirmité, ou sur la dépendance vis-à-vis de la famille ou de la communauté. Elles permettront également de mettre en avant l’agency de la personne concernée, qui peut agir de multiples manières pour améliorer ses conditions de vie et celles de ses proches. Les auteurs pourront également s’intéresser à la trajectoire de certains individus qui défendent leur citoyenneté et/ou l’exercent en occupant des responsabilités politiques (par exemple le cas des mutilés de guerre députés, etc.). 


Thème 3 : Les communautés de vie ou les institutions

Les auteurs pourront évoquer les conditions de vie concrètes au sein d’une communauté de vie (village, etc.) ou d’une institution en particulier. De récentes études sur les hospices ou les asiles nous invitent à rompre avec nos préjugés concernant ces institutions et à ne pas se limiter aux aspects les plus noirs, comme le contrôle social, l’absence de liberté, les contraintes de suivi des pratiques religieuses. Les auteurs sont invités à les étudier de manière attentive, en prêtant un soin systématique à la marge de manœuvre que possèdent les usagers au sein de ces institutions, ainsi qu’aux relations entre les familles et les institutions, et à la pratique du transfert entre institutions. 


Thème 4 : Sociabilités et mobilisations collectives

Les auteurs sont invités à analyser les sociabilités et les mobilisations collectives des personnes handicapées, au sein ou hors des institutions. Les personnes handicapées participent à la construction de leur sociabilité dans le cadre des possibilités offertes par l’institution, et sont souvent à même de faire le choix de rester isolées, ou en groupe. L’historien peut donc s’intéresser à leurs amitiés, amours et inimitiés, qui sont constructeurs d’une identité sociale. A l’époque contemporaine, les historiens doivent également s’intéresser aux mobilisations collectives pour les droits des personnes handicapées, qui s’opèrent au travers de deux modalités d’action principale : la négociation administrative et parlementaire, ainsi que la réalisation d’actions radicales dans l’espace public pour interpeller les pouvoirs publics. Ces deux modalités d’action sont jusqu’à présent encore peu documentées. 


Modalités de soumission

Envoyer une proposition d’article d’environ 200 mots ainsi qu’une petite présentation de.s auteur.e.s à : Fabrice Bertin (fabrice.bertin@ehess.fr),
Gildas Brégain (Gildas.BREGAIN@ehesp.fr) et
Ninon Dubourg (ninon.dubourg@gmail.com)
avant le 30 août 2022

Y mentionner le nombre de pages espérées ainsi que le thème de rattachement parmi les 4 proposés.
 

Calendrier

Date limite d’envoi des propositions : 30 août 2022
Retours en septembre 2022.
Première version des articles attendue pour le 15 mars 2023.
Articles définitifs attendus pour décembre 2023. 


Comité scientifique 

Fabrice Bertin, professeur certifiée à l’EHESS
Gildas Brégain, chercheur CNRS au laboratoire Arènes, Université de Rennes
Ninon Dubourg, chargée de recherche du FRS-FNRS à l’Uliège, UR « transitions »




vendredi 1 juillet 2022

Poste à l'Université de Londres

Lecturer in History at Goldsmiths, University of London

Call for applications



 

Location: New Cross
Salary: £39,895 to £44,440 per annum (incl. LW) 0.4 pro rata depending on experience
Hours: Part Time
Contract Type: Fixed-Term/Contract


Placed On: 20th June 2022
Closes: 4th July 2022
Job Ref: 490365



Full time, fixed term, Teaching & Scholarship appointment (1 September 2022 to 30 June 2023).

The Department of History at Goldsmiths, University of London is seeking to appoint a temporary 0.4 FTE Lecturer in History. The post is temporary cover for Dr. Ronit Yoeli-Tlalim who will be on research leave and therefore, the postholder will teach on existing undergraduate modules focused on medical history, and a postgraduate research skills module, as detailed in the job description. The successful candidate will have excellent teaching skills and proven teaching and research expertise in the subject areas to be taught.

For further information please visit our website: http://www.gold.ac.uk/jobs/

Closing date: 1pm, Monday 4th July 2022

Interview date: Tuesday 18th July 2022

Enquiries to: Prof. Richard Grayson (r.grayson@gold.ac.uk)

Committed to equality and diversity


We value your feedback on the quality of our adverts. If you have a comment to make about the overall quality of this advert, or its categorisation then please send us your feedback

jeudi 30 juin 2022

La Santé au Moyen Âge

La Santé au Moyen Âge


Exposition

Lieu : Tour Jean sans Peur, Paris 2e
Date de début : 22 juin 2022
Date de fin : 12 mars 2023
Tarifs : Entrée 6€, tarif réduit 4€.

Programmation : Du mercredi au dimanche (sauf 1er janvier) 13h30-18h
Fermetures : Lieu fermé le lundi, le mardi, le 1 janvier



Comment conçoit-on le corps au Moyen Âge ? Comment et avec quoi fabrique-t-on les médicaments ? Comment se déroule un rendez-vous chez le médecin ? Comment pratique-t-on une anesthésie ? Autant de sujets qui sont abordés dans ce parcours d'exposition, qui propose de se mettre dans la peau d'un médecin, ou d'un patient, à la fin du Moyen Âge en Occident.

L'événement La Santé au Moyen Âge est référencé dans notre rubrique Histoire / Civilisations.


La Santé au Moyen Âge : le zoom

L'exposition est organisée en six grands thèmes : les principes de santé au moyen âge, les pratiques médicales, la santé publique, les maladies, l’arsenal des médecins et la chirurgie.

Si la théorie des humeurs ou le principe des signatures ont conditionné les pratiques médicales tout au long du Moyen Âge, conduisant parfois à des analyses erronées, certains actes se sont révélés positifs pour le patient. En outre, même si le corps médical a été caricaturé dans les marges des manuscrits médiévaux, certaines pratiques n’en demeurent pas moins d’une grande modernité.

mercredi 29 juin 2022

Images du corps, voyages, science et empires

D’après nature. Images du corps, voyages, science et empires (XVIIIe-XXe siècle)


Appel à communications



Au moment où l’anthropologie s’institutionnalise en tant que discipline, la plupart des anthropologues étudie les populations extra-occidentales depuis les métropoles, sur la base de corpus visuels et matériels collectés in situ par des voyageurs. Avant l’événement de la photographie et du cinéma, cette pratique se fonde d’abord sur les dessins et ses avatars (aquarelles, peintures) ainsi que sur les moulages des corps réalisés d’après nature. Ce workshop se propose d’engager une réflexion sur ces représentations corporelles réalisées par des voyageurs, terme commun qui regroupe des aventuriers, ethnographes, anthropologues, géographes, marchands, militaires, missionnaires, ou encore naturalistes. Tous partagent, au-delà de leurs compétences spécifiques, une pratique d’observation fondée surla notion éminemment artistique ‘d’après nature’. Si l’ouvrage de référence Objectivité de Lorraine Daston et Peter Galison étudie cette notion dans le domaine de la botanique, ce workshop voudrait se focaliser sur les images des corps réunies dans les carnets de voyage et les moulages faciaux réalisés in vivo, et interroger ces représentations à la lumière des notions d’œil innocent, d’œil témoin, d’œil naturaliste ou encore d’œil de la science. Il s’agit notamment d’analyser les enjeux idéologiques de ces différents regards et d’étudier leur relation à l’expérience du terrain qui prétend documenter un processus de connaissance authentique car au plus près de la réalité. Il questionne en outre la diffusion et la circulation des dessins et des moulages corporels autant dans l’imaginaire collectif (littérature de voyage, presse illustrée), que dans les ouvrages d’anthropologie, les musées et les expositions où ils sont érigés en preuves scientifiques. Ces représentations servent en outre à étayer des théories de classification des populations, et le terme ‘d’après nature’ est invoqué par les anthropologues dans les textes scientifiques comme un gage d’authenticité afin de légitimer l’objectivité de leurs thèses. L’étude de ces corpus visuels et matériels, constitue, enfin, une perspective inédite pour problématiser la notion d’empire informel et comprendre les liens entre images, science et empire dans des contextes qui ne relèvent pas exclusivement de l’ordre du colonial.

Nous espérons que le workshop constituera une occasion pour les historiens de l’art, les historiens de l’anthropologie, les historiens des sciences et les historiens de rencontrer des chercheurs ayant des approches méthodologiques différentes. En particulier, nous attendons des contributions s’inscrivant dans les trois axes suivants :
 
Production
Questionner la relation entre voyager, voir et représenter. De quelle manière les représentations de corps participent-elles au processus de colonisation ? Qu’est-il donné à voir ? Qu’est-il donné à croire ? Analyse des corpus visuels réalisés par les voyageurs au vu des notions d’empire informel et d’empire formel. 

Épistémologie
Réflexion sur le statut épistémologique des représentations et des moulages des corps comme outils de terrain. Quelle place est réservée à ces images dans les Instructions de voyages rédigées par les différentes institutions et sociétés savantes depuis le XVIIIe siècle ? Quels sont les dispositifs qui permettent qu’une image devienne une ‘preuve’ scientifique ? 

Diffusion, circulation et réception 
  • Étude de la diffusion, de la circulation et de la réception des représentations des corps en Occident et dans les pays explorés dans différents domaines et à travers différents supports.
  • Diffusion dans les ouvrages scientifiques et dans la littérature de voyage et des journaux illustrés formant un imaginaire collectif ; circulation des moulages anthropologiques dans les musées d’anthropologie ainsi que dans les expositions coloniales.
  • L’intermédialité de différentes pratiques de collecte (dessins, peinture, moulages). L’attention sera portée sur les techniques de reproduction des dessins tels que les lithographies, les bois gravés ou la gravure. De quelle manière les dessins des carnets de voyages sont retravaillés, filtrés et transformés en vue de la publication ? 

Modalités de soumission et organisation

Pour soumettre une proposition, merci d’envoyer un résumé de la communication envisagée (500 mots) ainsi qu’un courte biographie (150 mots)

à lucia.piccioni@eui.eu
La date limite pour l’envoi est le 7 juillet 2022.


Les réponses seront donnée le 12 juillet 2022.

Les échanges auront lieu en français et en anglais.

Les frais de déplacement et/ou d’hébergement seront pris en charge.

L'évaluation des contributions sera effectuée par Lucia Piccioni |Marie Skłodowska-Curie Fellow Department of History and Civilization, European University Institute 

 
Informations pratiques

Dates du colloque : 7 et 8 septembre 2022 à l’Institut National d’Histoire de l’Art.

Événement uniquement sur site