dimanche 22 novembre 2020

Jean-Martin Charcot, membre de jury de thèse

Jean-Martin Charcot, membre de jury de thèse à la faculté de médecine de Paris (1862-1893)


Olivier Walusinski



 Oscitatio 2020

Jean-Martin Charcot est reconnu comme le père fondateur de la neurologie moderne. Les biographies générales ou spécialisées, déjà nombreuses l’évoquant, n’attendent pas le plagiat d’une nouvelle. Pourtant une part, objectivement limitée, de l’activité attachée à la fonction de professeur de Faculté tenue par Charcot, n’a jusqu’à présent été l’objet d’aucun examen, c’est l’étude de la fonction de membre de jurys de thèses de doctorat en médecine, et en particulier de président de ces jurys.Nous avons passé en revue, une à une, environ 12500 thèses soutenues à la Faculté de Médecine de Paris entre 1862, première année d’exercice d’agrégé de Charcot jusqu’à sa mort en 1893. Parmi elles, nous avons sélectionné toutes celles qui abordaient un thème de neuropsychiatrie au sens large(3663), puis choisi de porter une attention particulière à celles pour lesquelles Charcot, Alfred Vulpian, ou Alexandre Axenfeld, trois médecins de la même génération partageant les mêmes centres d’intérêt,avaient siégé dans le jury, soit 1 774thèses. Toutes les données recueillies ont été introduites dans une base de données (Filemaker)afin de faciliter l’identification des thèses répondant à un ou plusieurs critères de choix.Des comparaisons statistiques ont été bâties à la suite (tableur Excel).Ces résultats sont complétés de brèves recensions individualisées des thèses choisies comme représentatives,soit pour leur sujet (sclérose en plaques, aphasie, tabes, paralysie générale, etc.),soit pour des critères particuliers (étrangers, femmes, etc.) mais toutes ont Charcot comme membre du jury. Il est ainsi possible de suivre dans le temps l’évolution des centres d’intérêt du monde médical et de Charcot en particulier. Il faut distinguer les jurys où Charcot siège par obligation mais n’a pas de lien particulier avec l’impétrant etn’est pas intervenu dans le choix ou le suivi du travail, des jurys de thésards élèves du maître. Dans ces derniers cas, le thème de la thèse est le plus souvent en lien avec ses recherches. Donner un sujet de thèse relève, dans certains cas, du souhait de voir se diffuser dans le corps médical des données nouvelles, non seulement grâce aux thèses elles-mêmes, mais aussi grâce aux comptes rendus que la presse médicale en donne régulièrement (ex: diagnostic des différents tremblements)et aux éditions commerciales de celles-ci, parfois enrichies d’une préface de Charcot. Dans d’autres cas, une thèse marque une étape dans un long processus d’élaboration d’une théorie (hystérie), ou encore une thèse permet l’éclosion publique d’idées nouvelles,insuffisamment prouvées,et que Charcot ne reprendra dans une de ses Leçons que lorsque des confirmations probantes auront été apportées(Amyotrophies). Des illustrations, souvent inédites, provenant de la presse de l’époque ou des thèses elles-mêmes, complètent ce travail.De cette vaste fresque sortent quelques pépites négligées, des œuvres devenues des classiques de la neurologie, des noms illustres ou d’autres bannis du piédestal de la notoriété posthume.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire