dimanche 17 décembre 2017

Bourse Margaret M. Allemang

CAHN Margaret M. Allemang Scholarship/ ACHN la bourse Margaret M. Allemang


Call for applications / Appel à candidatures


The Canadian Association for the History of Nursing (CAHN-ACHN) invites applications for the Margaret M. Allemang Scholarship for graduate students (Masters or PhD level) studying in the field of nursing history. Preference will be given to candidates studying Canadian nursing history. Students must be enrolled at a recognized centre for the study of the history of nursing in Canada or the United States, or in a university department of history or women's studies, or study with a recognized Canadian nurse historian. Application forms are available online at http://cahn-achn.ca/awards/, and must be accompanied by proof of current enrollment and 5-7 page proposal outlining the study to be completed.

Applications must be submitted electronically by February 1, 2018. Questions and completed applications can be sent to Dr. Geertje Boschma, University of British Columbia at geertje.boschma@ubc.ca



L’Association canadienne de l’histoire du nursing (CAHN/ ACHN) invite les étudiants gradués à soumettre leur dossier pour la bourse Margaret M. Allemang (niveau maîtrise ou doctorat). Les candidat(e)s doivent travailler dans le domaine de l’histoire du nursing; la priorité sera donnée à ceux et celles qui étudient l’histoire du nursing canadien. Les candidat(e)s doivent être inscrits à un programme qui étudie l’histoire du nursing au Canada ou aux Etats-Unis ou dans un département d’histoire, d’études féminines ou encore dirigés par un(e) spécialiste canadien reconnu dans le domaine. Les formulaires sont disponibles en ligne à l’adresse suivante : http://cahn-achn.ca/awards/. Le dossier de candidature doit être accompagné d’une preuve d’inscription et d’un projet de 5 à 7 pages évoquant précisément la nature de l’étude proposée.

Les dossiers de demande doivent parvenir, par voie électronique, avant le 1 février 2018, au Dr. Geertje Boschma, University of British Columbia par courriel à geertje.boschma@ubc.ca Pour toute question ou demande d’information supplémentaire veuillez également contacter le Dr Boschma.

Les collections médicales au 21e siècle

Beyond the Museum Walls. Medical Collections and Medical Museums in the 21st Century

Call for Papers


EAMHMS Congress Barcelona, September 19th – 22nd 2018


The 19th European Association of Museums of the History of Medical Sciences biennial Congress will be held in Barcelona (Spain), 19th-22nd September 2018, and is jointly hosted between the Medical History Museum in Catalonia, the Catalan Society for the History of Science and Technology (IEC), the Spanish Research Council (IMF), the Royal Academy of Medicine in Catalonia and the Sant Pau Art Nouveau Hospital site.

EAMHMS is an active global network of curators, scholars and stakeholders with an interest in medical collections. The biennial Congress is a great opportunity to present research within a vibrant forum of debate and discussion, and promote international exchange and collaboration amongst medical history museums.

Following the stimulating EAMHMS biennial conferences hosted in Edinburgh (2008), Copenhagen (2010), Berlin (2012), London (2014) and Groningen (2016), the 2018 Congress opens the door wide to all those interested in the material culture of medicine and cordially invites you to Barcelona. This will be the second time that Barcelona hosts a meeting of the association, the previous Congress was held in 1990.

The 2018 Congress will focus on the curatorial approaches that are redefining what it means to be a 21st century medical museum. It will explore new ways of thinking about museum basics – collecting/researching, exhibiting/communicating, and teaching/learning – through perspectives that take digital tools into account and new lines of research that are fostered by enriching perspectives such as contemporary art and the history of art, the history of scientific technology, medical education and practice and the medical entrepreneurial business. In a world which increasingly consumes history, medical museums have so much to offer to different kinds of publics. In addition, the Congress will address possibilities and approaches to topics inscribed in medical artefacts which connect with society and everyday life.

We welcome contributions on these topics in the following strands:

The digital museum: How are digital technologies transforming medical museums and what is their proposed value? How does an adoption of a user-centric approach create new relationships between museums and communities? Using these technologies, how can we care for medical contemporary heritage? What is the role of medical museums between digital and real objects? Should we integrate digital into the workflow of our museums? Should our collections be in the app store or should our museums have a channel on YouTube? What kind of skills and competencies do we need in our collections and museums in the 21st century?

Synergies: art, technology and thinking: Should we create spaces to work together with colleagues from a wider range of different fields? Do we foster fruitful relationships with other colleagues? Do we profit from the social visibility of such working teams? Do we need graphic designers or visual translators? What is the meaning of a curator today in our fields and what are his/her functions: historian, developer, designer, researcher, communicator, teacher, restorer, fundraiser, scientist, manager?

Publics: Who are our publics and how do we engage with them? Are they students, families, medical doctors, citizens, tourists …? What models of communication do we use to explain that medical artefacts matter to different kinds of publics? How do we foster citizen building and critical thinking through medical collections and our current and daily life? Can we contribute to the making of participative citizens regarding medical science? How free can we really be when considering some controversial medical topics?

Free section: an open session of topics currently relevant within the framework of medical history objects and collections.

Paper presentations are requested to be no more than 15 minutes in length (with an additional 15 minutes allotted for questions). As spaces for speakers are limited, on this occasion there will be a special session of short and sharp presentations (8 minutes in length each) where students, professionals and institutions can present research, collections, objects, pictures, exhibitions or plans for the future. The language for abstracts, talks, and discussions will be English. Short abstracts will be circulated to Congress participants in advance.

We ask you to select a topic from the strands above and send your paper abstract (maximum 1000 characters) with a title, your name and brief biography, the name of your institution (if you are attached to any) and your contact details (preferably e-mail address) to Alfons Zarzoso, Curator of the Medical History Museum in Catalonia, Barcelona. E-mail: azarzoso@museudelamedicina.cat

We especially want to encourage colleagues from Southern European countries to participate in this conference. However, this Call for Papers is directed to attract interested colleagues from all over the world.

Deadline for submission: 1 February 2018.

A programme committee will select abstracts to build an inspiring programme. Speakers and short presenters will receive confirmation by end-March 2018.

EAMHMS shares costs across the congress, so unfortunately speakers are also required to pay the Congress fee. The fee is envisaged at about Euro 200, but will be confirmed shortly. There may be a reduced fee for a small number of student contributors. General enrolment for this conference will open in April 2018, when the confirmed programme wil also be released.

For further information and registration, go to this web page: https://eamhms2018barcelona.wordpress.com/

We’re looking forward to a thrilling conference! See you in Barcelona in 2018

samedi 16 décembre 2017

Conférences de McMaster


Les listes

Les listes

Appel à communication

Journée d’étude
Université de Strasbourg
17 mai 2018

Catalogues de vaisseaux antiques, énumérations poétiques, comptes, inventaires, cahiers nota-riaux, rôles fiscaux, index, glossaires, sommes, dictionnaires et Thesaurus, encyclopédies et Encyclopé-die, florilèges de vies de saints ou de hauts faits, catalogues, dénombrements, anthologies, collections, herbiers, éphémérides, listes électorales, listes du personnel, listes de ventes, tables décennales, ta-bleaux de classements, nomenclatures, bibliographies, sondages, enregistrements de chartes royales, registres d’écrou, de comptes ou d’effectifs militaires... Les listes sont aussi multiples que leurs usages dans la recherche historique.
Mises à l’honneur par la recherche actuelle, elles continuent de susciter les réflexions des cher-cheurs et chercheuses. Outre les informations qu’elles contiennent, les listes témoignent des préoccupa-tions de leurs contemporains (concepteurs ou rédacteurs ; bénéficiaires ou destinataires) ; du contexte historique dans lequel elles ont été pensées et élaborées ; des pratiques et des enjeux de leur écriture et de leur mise en forme ; ainsi que des techniques utilisées et de la manière dont celles-ci évoluent à tra-vers le temps.
L’étude des listes ne va pas sans difficultés : bâties suivant une logique ou un code qui leur sont propres et dont la signification échappe parfois, il revient aux historien·ne·s de les déchiffrer et d’en analyser le contenu et les usages, et cela requiert d’être attentif à la fois aux structures organisatrices de la source (macro), à l’infime de l’information présente (micro), ainsi qu’au non-dit.
Enfin, à une multiplicité ontologique ancienne, vient s’adjoindre une explosion du volume de production des listes et une grandissante pluralité de ses usages, notamment grâce aux possibilités of-fertes par les nouvelles technologies (imprimerie, informatique) ; des technologies auxquelles les sciences historiques ont aussi recours pour traiter le fruit de leurs recherches : les logiciels démulti-plient les possibilités de calculs, de classement, offrant des perspectives d’étude et des degrés d’analyse toujours plus vastes des sources sous forme de liste(s).
Ce sont ces sources que la quatrième journée d’études de l’AJCH propose à la réflexion des jeunes chercheurs, suivant les différents axes que voici :

Axe 1 : Concevoir une/des liste(s) : contexte de production et de diffusion
- Qui conçoit ou fait concevoir une/des liste(s) ?
- Dans quel contexte ? Y a-t-il des périodes et des milieux où l’usage de listes s’avère particuliè-rement important ?
- Qui en sont les bénéficiaires ou destinataires ?
- Les listes sont-elles destinées à être diffusées ? Par quels moyens ?

Axe 2 : L’objet liste : formes et évolutions d’un type de source
- Comment les listes sont-elles élaborées ? Quelle est leur structure ?
- Comment sont-elles qualifiées ? Quels noms spécifiques ont pu leur être attribués suivant leur contenu, leur période d’élaboration, leur perception par leurs contemporains ?
- Pourquoi certaines méthodes, techniques ou mises en forme sont-elles privilégiées ? Les rédac-teurs répondaient-ils à des normes alors en vigueur ? Ou en ont-ils créé en fonction des be-soins ?
- Quelles logiques de sélection et de classement sont mises en oeuvre dans l’organisation du con-tenu des listes ?

Axe 3 : Ordonner, classer, dénombrer, trier : usages et enjeux de conception des listes
- Quel sont les objectifs (avoués ou non) de celles-ci et leurs réels enjeux ? Sont-ils d’ordre pra-tique ? Mnémotechnique ? De savoir pur ?
- La sélection et la classification du contenu des listes correspondent-elles à des perspectives de hiérarchisation ? Ont-elles des implications sociales ou politiques ?
- Les listes ont-elles toujours répondu aux attentes de leur concepteur ? D’éventuels détourne-ments sont-ils perceptibles ?

Axe 4 : Lire, transcrire et interpréter : l’usage des listes par les sciences historiques
- Comment chercher et trouver les listes ? Dans quelle mesure sont-elles connues ?
- Quels nouveaux champs d’étude offrent-elles à l’histoire et à l’archéologie ?
- Comment les transcrire, les comprendre ? Certaines listes requièrent-elles des méthodes d’étude particulières ?
- Dans quelle mesure les nouvelles technologies facilitent-elles, transforment-elles le travail des historiens ? En dépit de cela, que dire des cas rétifs à tout déchiffrage, à toute interprétation ?
- Existe-t-il des cas où la/les liste(s) constituent les seules sources connues ou exploitables pour analyser un milieu, une personne, un événement précis ?

Cette journée d’étude, organisée par l’Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (AJCH) est dédiée aux jeunes chercheurs et chercheuses – doctorant·e·s et docteur·e·s – en histoire, histoire du droit, histoire de l’art et archéologie, travaillant sur toutes les périodes. Elle devrait faire l’objet d’une publication.

Les propositions de contributions, d’environ 3000 signes, accompagnées d’un CV, sont à en-voyer à l’adresse ajchsources2018@gmail.com, avant le 15 janvier 2018.

Le résultat des sélections des propositions de contribution par le comité scientifique sera connu courant mars.

Organisation : Marine Carcanague (IHMC – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Juliette Deloye (ARCHE- Université de Strasbourg), Efstathia Dionysopoulou (ArcHiMedE – Université de Strasbourg), Emmanuel Falguières (CENA – EHESS), Marjolaine Lémeillat (CRHEC – Université de Paris Est-Créteil), Bryan Muller (CRULH – Université de Lorraine), Valentina Mussa (Orient & Méditerranée –RESMED - Université Paris IV - Paris-Sorbonne), Nga Bellis-Phan (Institut d’Histoire du Droit – Université Paris 2 Panthéon-Assas), Matthieu Rajohnson (CHISCO - Université Paris-Nanterre), Anna Shapovalova (CHSP – Sciences Po Paris).

vendredi 15 décembre 2017

Bourse de recherche Vera Roberts

CAHN-ACHN - Vera Roberts’ Research Award/Bourse de recherche



Call for Applications/ Appel à Candidatures


The Canadian Association for the History of Nursing (CAHN-ACHN) invites applications for the Vera Roberts’ Endowment (VRE). The VRE provides funding to qualified investigators for historical research and publication of topics related to outpost nursing with priority given to circumpolar regions (defined as “North of 60 degrees parallel” for Canada). Eligible applicants include: graduate and post-doctoral students, established researchers in nursing history, and persons with informal experience in historical research.

Application forms are available at http://cahn-achn.ca/awards/ and must be accompanied by a 7-10 page proposal, curriculum vitae, and all other necessary documents. Please refer to the Guidelines for Nursing History Proposals.


Applications must be submitted electronically by February 1, 2018. Questions and completed applications can be sent to Dr. Geertje Boschma, University of British Columbia at geertje.boschma@ubc.ca



Le Fonds Vera Roberts (FVR)


L’Association canadienne pour l’histoire du nursing (CAHN-ACHN) sollicite des candidatures pour Le Fonds Vera Roberts (FVR). Le FVR fournit des subventions à des enquêteures qualifiées* pour leurs recherches et publications en histoire du nursing en régions éloignées au Canada. Une priorité est accordée aux régions circumpolaires canadiennes (c’est à dire celle au nord du 60ième parallèle). 

Les enquêteures admissibles comprennent: les graduées et celles qui font des études postdoctorales, les chercheures reconnues en histoire du nursing, ainsi que les personnes possédant de l’expérience non-professionelle en recherche de type historique.

Les formulaires de demande sont disponibles à http://cahn-achn.ca/awards et doive être accompagnés d’une proposition de 7 à 10 pages, un curriculum vitae, et tous les autres documents nécessaires. Pour plus d’informations, référez-vous aux “directives de soumissions de projects de recherche en histoire du nursing” inclus dans le formulaire de demande au lien électronique ci-dessus.

Les applications doivent être soumises par voie électronique d’ici le 1er février 2018. Adressez vos questions et demandes dûment remplies à Dr. Geertje Boschma, University of British Columbia par courriel à geertje.boschma@ubc.ca

*Dans cette correspondance, le féminin inclut le masculin.

La science de Naples

The Science of Naples: Making Knowledge in Italy's Pre-eminent City, 1500-1700 

Call for Papers

(University College London, Friday 20 April 2018)

Keynote speaker: Prof. David Gentilcore (University of Leicester and Aix-Marseille Université)

Organising committee: Andrew Campbell (UCL), Lorenza Gianfrancesco (University of Chichester) and Neil Tarrant (University of York)

In the early modern period, Naples was one of the most important capitals in Europe. As an international centre of learning, Naples encouraged debates on natural philosophy and science which promoted intellectual networking and the transfer of knowledge. Operating within the university, academies, hospitals, monasteries and private spaces, local scientists researched a variety of topics that included medicine, surgery, anatomy (both human and animal), the art of barbers, and pharmacology.

Scientists and intellectuals also studied the medical implications of other disciplines. Research on medicine and cosmology encouraged the circulation of books on physiognomy, metoposcopy and astrological medicine, which in some cases were placed on the list of prohibited books and had to be published outside Naples.

Moreover, the geological structure of Campania positioned Naples at the forefront of research in disciplines such as paleontology, vulcanology, seismology and environmental studies. The large number of manuscript and printed texts on these subjects produced in the city are testament to its status as a major nexus for the circulation of ideas. This intellectual climate attracted scholars from all over Europe, who corresponded with Neapolitan scientists, visited the city's museums and laboratories, purchased books and frequented local academies.

The importance of early modern Naples is becoming increasingly recognised in current scholarship. Accordingly, this one-day workshop aims to discuss the city's position as a scientific research hub that cut across disciplinary, national and ideological boundaries. We invite proposals for twenty-minute papers, in either English or Italian, which include, but are not limited to, the following themes:
  • Alchemy
  • Cosmology
  • Environmental studies
  • Galen and Paracelsus
  • Local heroes (Giovan Battista della Porta, Marco Aurelio Severino, etc.)
  • Museums and laboratories
  • Science and the body
  • Science, religion and the Inquisition
  • Venues: academies, monasteries, hospitals, university and private spaces.
  • Vulcanology
A limited number of travel bursaries will be available for postgraduate students.

Proposals of no more than 300 words, in either English or Italian, along with a short bio, should be sent to the following address by 21 January 2018: scienceofnaples2018@gmail.com


For further information, see: https://scienceofnaples.wordpress.com/

jeudi 14 décembre 2017

La médecine, le système pénal et les crimes sexuels en Angleterre

Medicine, the Penal System and Sexual Crimes in England, 1919-1960s: Diagnosing Deviance

Janet Weston 


Hardcover: 240 pages
Publisher: Bloomsbury Academic (December 14, 2017)
Language: English
ISBN-13: 978-1350021099

Sexual crime, past and present, is rarely far from the headlines. How these crimes are punished, policed and understood has changed considerably over the last century. From hormone injections to cognitive behavioural therapy, medical and psychological approaches to sexual offenders have proliferated. This book sets out the history of such theories and treatments in England. 

Beginning in the early 20th century, it traces the evolution of medical interest in the mental state of those convicted of sexual crime. As part of a broader interest in individualised responses to crime as a means to rehabilitation, doctors offered new explanations for some sexual crimes, proposed new solutions, and attempted to deliver new cures. From indecent exposure to homosexuality between men, from sadistic violence to thefts of underwear from washing lines, the interpretation and treatment of some sexual offences was thought to be complex. Of less medical interest, though, were offences against children, prostitution, and rape. 

Using a range of material, including medical and criminological texts, trial proceedings, government reports, newspapers, and autobiographies and memoirs, Janet Weston offers powerful insights into changing medico-legal practices and attitudes towards sex and health. She highlights the importance of prison doctors and rehabilitative programmes within prisons, psychoanalytically-minded private practitioners, and the interactions between medical and legal systems as medical theories were put into practice. She also reveals the extent and legacy of medical thought, as well as the limitations of a medical approach to sexual crime.

Soigner en terre étrangère au XIXe siècle

Hippocrate sans frontières : soigner en terre étrangère au XIXe siècle (Europe, mondes atlantiques et coloniaux)



Appel à communications

Colloque international

Académie de médecine, Université Paris-Sorbonne, Université Paris-Nanterre

15-16 novembre 2018

En janvier 2016, le Quotidien du médecin rapportait que pour la première fois, des internes en médecine générale en France étaient exclus de leur service pour incompétence et renvoyés faire un stage de remise à niveau de six mois. Caractéristique de ces étudiants : ils avaient tous commencé leur cursus médical hors de France, profitant ensuite de la possibilité offerte à tout étudiant européen de faire son internat en France jusqu’au doctorat. Ce fait, relativement anecdotique (8 internes sur 8 881 classés cette année-là) fut largement repris dans la presse nationale, réveillant et révélant des inquiétudes anciennes vis-à-vis de la figure du médecin étranger.

Si la situation (professionnelle, juridique, sociale) des médecins étrangers au XXe siècle a suscité en France l’intérêt des juristes (Wolmark, 2001 et 2012), des politistes (Déplaude, 2011) et des sociologues (Lochard, Meilland, Viprey, 2007 ; Bontron, Voisin, 2012), elle peine à rentrer pleinement dans les problématiques historiennes malgré les travaux d’Henry Nahum sur les médecins juifs et Vichy (Nahum, 2006 et 2007) et l’étude éclairante de Julie Fette sur l’entre-deux-guerres et le régime de Vichy (Fette, 2012). 

L’actualité réitérée des questions sur le statut du médecin étranger, sa formation, ses pratiques et ses compétences tend largement à oblitérer l’ancienneté du phénomène et son acuité par-delà les frontières françaises. Le XIXe siècle, temps d’invention des États-nations en Europe et de réformes des législations nationales sur l’enseignement et l’exercice de la médecine, fait pourtant figure d’époque relativement favorable à la circulation européenne des étudiants en médecine et des praticiens, incarnée par un Mateu Orfila, devenu doyen de la faculté de médecine de Paris, ou par l’itinérance d’un Eduard Jacob von Siebold, professeur à Göttingen engagé dans un véritable tour de l’Europe obstétricale dans les années 1830. Ces grandes figures de la médecine du XIXe siècle ne suffisent cependant pas à épuiser les enjeux que recouvre l’exercice médical à l’étranger, quelles que soient les figures professionnelles qui l’incarnent (docteur en médecine, médecin « licencié », sage-femme, etc.).

En ce siècle de réforme universitaire et de bouleversement des paradigmes scientifiques, s’intéresser aux mobilités médicales, interroge tant l’évolution des savoirs médicaux et des attentes sociales qu’ils véhiculent, que le rapport aux institutions nationales de formation. À ce titre, il implique d’éclairer, dans la lignée des travaux sur les étudiants étrangers parisiens (Warner, 1998 ; Moulinier, 2012), les choix étudiants, la constitution de communautés nationales estudiantines et les modalités de diplomation des non-nationaux dans les différentes universités européennes. Cette approche, tout comme celle impliquant l’exercice à l’étranger, impose, entre autres, d’appréhender les aspects économiques en jeu dans l’expatriation estudiantine ou professionnelle.

Ce mouvement des médecins interroge aussi les attendus politiques qui encadrent l’exercice médical et lient dans un nombre croissant de pays le maintien ou le rétablissement de la santé à l’appartenance nationale des médecins. La mise au point d’une exclusivité nationale du droit d’exercer pose la question d’un avantage national accordé aux praticiens nés et diplômés dans le pays et la victoire d’un principe selon lequel on ne serait jamais mieux soigné que chez soi et par ses semblables. Elle interroge aussi les attitudes des médecins étrangers eux-mêmes face à la construction de ces exclusivités nationales, la manière dont ils composent (ou non) avec les règlementations, et les formes de leur exercice dans leur pays d’installation (type de clientèle, pratiques médicales, relations avec les médecins locaux).

Au-delà, le mouvement des médecins s’inscrit dans les dynamiques migratoires européennes qui peuvent les mener dans un pays étranger autant que dans une colonie, alors que s’affirme dans plusieurs métropoles, une politique d’expansion coloniale. 

Exercer dans des colonies qui ne sont pas celles de sa métropole – si tant est que celle-ci en possède – amène à s’interroger sur les modalités de la pratique médicale en terrain colonial où souvent nécessité fait loi. La législation s’exerce-t-elle de la même manière selon qu’il s’agit de soigner les Européens installés outre-mer ou les populations colonisées ? La question nationale se pose-t-elle pour les médecins missionnaires, dans des colonies où l’exclusivité est peu de mise ? Par ailleurs, l’insertion des femmes médecins dans les colonies pose-t-elle les mêmes questions que celle des hommes, alors qu’à la fin du XIXe s., l’outremer peut être vu comme un terrain particulièrement favorable à l’exercice féminin, notamment en ce qu’elles n’y font pas de concurrence aux hommes ?

Ces mobilités interrogent enfin sur l’existence de migrations en communautés et le maintien d’une culture médicale nationale entretenue par des flux continus depuis le pays ou la métropole d’origine dans le cadre de ces migrations ? De ce point de vue, la médecine de diaspora, au service des siens dans un autre pays, constitue un autre pan des questionnements possibles de ce colloque.

Sans s’interdire d’étudier des propositions portant sur des thématiques connexes, le comité scientifique souhaite que les contributions s’inscrivent autant que possible dans les quatre axes suivants :

- étudier la médecine à l’étranger : l’itinérance estudiantine ;
- autoriser et encadrer : le praticien étranger aux prises avec la législation du pays d’accueil ;
- soigner en terre coloniale ;
- exercer la médecine auprès de ses compatriotes : la médecine de diaspora.

Les études portant sur d’autres pays que la France seront particulièrement bienvenues. Le comité est ouvert tant à des approches à l’échelle nationale et sur la longue durée qu’à des recherches plus micro-historiques sur des parcours individuels ou collectifs de médecins. La question du genre des soignants ou de leur patientèle pourra constituer un angle d’approche pertinent. Enfin, les aires géographiques prioritairement concernées seront l’Europe et ses espaces d’expansion coloniale mais, les migrations des Européens outre-Atlantique pourront être envisagées, de même que la présence ou l’exercice de médecins extra-européens en Europe.

Calendrier et modalités pratiques :
Les propositions de communications (titre, résumé d’une page max., bref CV) devront parvenir en français, anglais, italien, espagnol aux organisateurs avant le 30 janvier 2018. Elles seront examinées et évaluées par les organisateurs du colloque, faisant fonction de comité scientifique. La sélection des communications sera indiquée aux proposants avant le 28 février 2018. Les communications pendant le colloque pourront se faire en français, anglais, italien, espagnol et devront être accompagnées d’un diaporama dans une autre langue (français ou anglais) pour une meilleure compréhension générale. Elles dureront 30 minutes, questions comprises.

Les propositions de communications devront être envoyées à l’adresse suivante : hippocrate19@sciencesconf.org

Comité scientifique :
Delphine Diaz, Université de Reims-Champagne-Ardenne
Claire Fredj, Université Paris Nanterre
Isabelle Renaudet, Aix-Marseille Universités
Philippe Rieder, Université de Genève
Isabelle Robin, Université Paris-Sorbonne
Nathalie Sage Pranchère, Université Paris-Sorbonne
Jérôme van Wijland, Bibliothèque de l’académie nationale de médecine

Comité d’organisation :
Claire Fredj, Université Paris Nanterre
Isabelle Robin, Université Paris-Sorbonne
Nathalie Sage Pranchère, Université Paris-Sorbonne
Jérôme van Wijland, Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine