samedi 16 novembre 2019

Histoire de la médecine et des soins de santé

Selected Papers on the History of Medicine and Healthcare (2014) 
Frank W. Stahnisch, William J. Pratt, Lesley Bolton (Editors)


Hardcover: 325 pages
Publisher: Cambridge Scholars Publishing; 1 edition (November 1, 2019)
Language: English
ISBN-13: 978-1527539099

This volume continues the Proceedings of the Calgary History of Medicine Days series which publishes the work of young and emerging researchers in the field, hence providing a unique publishing format. The annual Calgary History of Medicine Days Conference, established in 1991, brings together undergraduate and early graduate students from across Canada, Latin America, the United States, the United Kingdom, and Europe to give paper and poster presentations on a wide variety of topics from the history of medicine and healthcare from a multiple perspectives. The History of Medicine Days offers an annual platform for discussions and exchanges between participants regarding recent research findings, methodological perspectives, and work-in progress descriptions of ongoing historiographical projects. This book explores such topics as historical medical classics, the history of medicine in Canada, the effects of war on medicine, and historical conceptions of blood and circulation. Furthermore, it includes the paper given by the conferences internationally renowned keynote speaker, Dr Thomas Schlich, Professor of History and History of Medicine at McGill University, Quebec. In addition, it gathers together all the abstracts of the conference for documentation purposes, and is well-illustrated with images and diagrams pertaining to the history of medicine.

Les cultures de l'intoxication

Cultures of Intoxication: Contextualising Alcohol & Drug Use, Past & Present


Call for Papers

Venue: Humanities Institute, University College Dublin, Ireland

Dates: 7-8 February 2020

This conference will focus on the cultural meanings and contexts of alcohol and drug use, both past and present. It aims to assess how cultural norms and stereotypes around alcohol and drug use shape policies, practices, treatment and users’ experiences and behaviour. In particular, it seeks to consider how and why those of certain ethnicity, race, religion, gender, sexuality and socio-economic background are deemed prone to excess while others are supposedly abstemious. 

Papers on the following themes will be considered, although this list is neither prescriptive nor exhaustive:
  • Defining “drinking culture” and “drug culture”
  • Attempts to change drinking/drug cultures
  • Ethnic, racial, gendered and socio-economic stereotypes/stigma of alcohol and drug use
  • Medical/policy/public perspectives on drug and alcohol use
  • Cultures of abstinence or excess
  • Hidden cultures, subcultures and countercultures
  • Culture-specific marketing and advertising
  • Cultural representations of alcohol, drugs and their use (i.e. literature, drama, film)
  • Alcohol and drugs tourism

Keynote Speakers:


Professor Geoffrey Hunt, Department of Psychology and Behavioural Sciences - Centre for Alcohol and Drug Research, Aarhus University

Dr Deborah Toner, School of History, Politics and International Relations, University of Leicester

Abstracts of no more than 250 words, along with a short speaker bio, should be submitted to the conference organiser, Dr Alice Mauger <alice.mauger@ucd.ie> by Friday, 6 December 2019. Panel submissions are also welcome.

vendredi 15 novembre 2019

Syphilis et hystérie

How the Brain Lost Its Mind. Sex, Hysteria, and the Riddle of Mental Illness

Allan H, Ropper & Brian Burrel

Penguin Random House
Aug 20, 2019
ISBN 9780735214552

How the Brain Lost Its Mind tells the rich and compelling story of two confounding ailments, syphilis and hysteria, and the extraordinary efforts to confront their effects on mental life. How does the mind work? Where does madness lie, in the brain or in the mind? How should it be treated?

Throughout the nineteenth century, syphilis–a disease of mad poets, musicians, and artists–swept through the highest and lowest rungs of European society like a plague. Known as “the Great Imitator,” it could produce almost any form of mental or physical illness, and it would bring down a host of famous and infamous characters–among them Guy de Maupassant, Vincent van Gogh, the Marquis de Sade, Friedrich Nietzsche, and Al Capone. It was the first truly psychiatric disease and it filled asylums to overflowing. At the same time, an outbreak of bizarre behaviors resembling epilepsy, but with no identifiable source in the body, strained the diagnostic skills of the great neurologists. It was referred to as hysteria. 

For more than a century, neurosyphilis stood out as the archetype of a brain-based mental illness, fully understood but largely forgotten, and today far from gone. Hysteria, under many different names, remains unexplained and epidemic. These two conditions stand at opposite poles of the current debate over the role of the brain in mental illness. Hysteria led Freud to insert sex into psychology. Neurosyphilis led to the proliferation of mental institutions. The problem of managing the inmates led to the abuse of lobotomy and electroshock therapy, and ultimately the overuse of psychotropic drugs.

Today we know that syphilitic madness was a destructive disease of the brain while hysteria and, more broadly, many varieties of mental illness reside solely in the mind. Or do they? Afflictions once written off as “hysterical” continue to elude explanation. Addiction, alcoholism, autism, ADHD, Tourette syndrome, depression, and sociopathy, though regarded as brain-based, have not been proven to be so. 

In these pages, the authors raise a host of philosophical and practical questions. What is the difference between a sick mind and a sick brain? If we understood everything about the brain, would we understand ourselves? By delving into an overlooked history, this book shows how neuroscience and brain scans alone cannot account for a robust mental life, or a deeply disturbed one.

L‘histoire environnementale en France et en Allemagne

L‘histoire environnementale en France et en Allemagne. Problèmes actuels et perspectives d'avenir

Appel à candidatures

Université d'été à Paris organisée par l'Institut historique allemand et l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (CHR-GRHEN)

Date : 16-19 juin 2020

Lieu : Institut historique allemand, 8, rue du Parc royal, 75003 Paris
Argumentaire

Depuis la fin des années 1960, l'histoire environnementale s'est rapidement développée comme une branche nouvelle et importante de la recherche historique. Située à la croisée de nombreuses approches (histoire économique, histoire des techniques, histoire des sciences, histoire sociale…) elle aborde et renouvelle toutes ces questions.

Plutôt qu'une spécialisation sur un objet clairement défini, « l’environnement », l'histoire environnementale propose une nouvelle perspective, attentive à la fois à la nature, à la matérialité des sociétés, aux interactions entre les phénomènes physiques et biologiques et les sociétés, et plus généralement à l’histoire longue des questions environnementales contemporaines.

Les concepts et les méthodes de l'histoire environnementale font donc l'objet d'un débat international animé dans lequel des voix françaises et allemandes jouent un rôle important. L'Université d'été, organisée par l'Institut historique allemand à Paris et l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, permettra aux doctorant(e)s, post-doctorant(e)s et étudiant(e)s en master avancé(e)s des deux pays de présenter leurs projets actuels à un cercle d'experts confirmés. L'objectif est d’approfondir, tout en prenant en compte le débat international, la connaissance des approches en histoire environnementale, de les comparer entre elles et de promouvoir la mise en réseau transnationale des jeunes chercheuses et chercheurs dans ce domaine.

L'Université d'été est délibérément conçue pour couvrir différentes époques (de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine) et la plus grande diversité de sujets possibles. Certaines questions néanmoins guideront les discussions : les savoirs, discours et pratiques structurant la relation entre l’homme et l’environnement ; l’évolution des modes de régulation de l’environnement (pollution, usages des ressources, communs, propriété…) ; les cadres juridiques et administratifs du « développement » ; l’histoire des formes contemporaines de réflexivité environnementale (« durabilité », « environnement », « climat ») ; la question des conflits et des inégalités environnementales ; la place des guerres et des crises (économiques, géopolitiques, « naturelles ») dans la reconfiguration des relations entre l’homme et l’environnement ; la prise en compte de la matérialité des systèmes sociaux dans l’écriture de l’histoire ; l’articulation entre modes de consommation et transformation des environnements.

Sous réserve de l'obtention du financement par l'Université franco-allemande, les frais de voyage des participants seront remboursés et une subvention substantielle leurs sera accordée pour les frais de logement. Les langues de travail de l'université d'été seront le français et l'allemand, mais des contributions en anglais seront possibles. La maîtrise active d'une langue étrangère et la compréhension passive de la seconde seront requises. Une affiliation à une université allemande ou française est souhaitée, mais elle n'est pas une condition préalable à la participation.
Modalités de candidature

Les dossiers de candidature doivent être envoyés dans une des langues de la conférence
jusqu’au 6 janvier 2020

Les dossiers doivent comprendre un résumé de conférence d'environ 4000 signes (incluant les espaces) ainsi qu’un CV sous forme de tableau avec les détails de la formation universitaire, une liste des publications (si disponible) et les détails des compétences linguistiques.

Les candidat(e)s retenu(e)s devront envoyer un texte de travail de 20.000 à 50.000 signes (incl. les espaces) jusqu’au 15 mai 2020 aux organisateurs.


Comité scientifique
Jean-Baptiste Fressoz (EHESS),
Frédéric Graber (EHESS),
Rainer Babel (IHA),
Dorit Brixius (IHA)

Contact :
Rainer Babel
courriel : sommeruniversitaet2020 [at] dhi-paris [dot] fr

jeudi 14 novembre 2019

Images, colonisation, domination sur les corps

Images, colonisation, domination sur les corps

Colloque

Mardi 3 décembre 2019, de 9h00 à 19h00

Conservatoire national des arts et métiers, Paris


Dans le continuum du cycle de conférences et de colloques proposés depuis septembre 2018 autour de l’ouvrage Sexe, race & colonies. La domination des corps du XVe siècle à nos jours (La Découverte, 2018), et à l’occasion de la nouvelle publication Sexualités, identités & corps colonisés. XVe – XXIe siècle qui paraîtra le 14 novembre 2019 aux Éditions du CNRS, le Groupe de recherche Achac organise un colloque le 3 décembre 2019 au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris).

Ce colloque se propose, de manière inédite, de discuter de l’impact de l’ico­nographie dans la fabrication des imaginaires. Il réunira de nombreux cher­cheur.e.s, spécialistes et artistes qui s’attacheront à analyser et à décrypter des images sélectionnées dans l’ouvrage Sexe, race & colonies. La domina­tion des corps du XVe siècle à nos jours (La Découverte, 2018). Cette journée exceptionnelle sera ponctuée de tables rondes entre les intervenant.e.s et conférences pour mettre en perspective ces enjeux.

Ce colloque “Images, colonisation, domination sur les corps” organisé par le Groupe de recherche Achac aura lieu le 3 décembre 2019 dans Amphithéâtre Abbé Grégoire, Conservatoire national des arts et métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris.



Programme



9H15 | Ouverture du colloque

Olivier Faron, historien, administrateur général du Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris)

Antoine Petit, président-directeur général du CNRS (Paris) et professeur des universités de classe exceptionnelle

Gilles Boëtsch, anthropobiologiste, directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’UMI Environnement, Santé, Sociétés (Dakar)



9H30 | Conférence – “Comment regarder ces images ?”

Ibrahima Thioub, recteur de l’UCAD (Dakar)



10H00 | Session 1 animée par Pascal Blanchard et Christelle Taraud – “Fantasmes et colonies”

Sophie Bessis, agrégée d’histoire et chercheuse associée à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (Paris)

Gilles Boëtsch, anthropobiologiste, directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’UMI Environnement, Santé, Sociétés (Dakar)

Olivier Le Cour Grandmaison, maître de conférences en sciences politiques à l’Université Paris-Saclay-Evry-Val-d’Essonne

Fatima Mazmouz, photographe, artiste plasticienne

Bertrand Réau, sociologue au CNAM (Paris)

Fanny Robles, maîtresse de conférences en cultures des mondes anglophones à Aix-Marseille Université

Christelle Taraud, historienne, enseignante dans les programmes parisiens de Columbia University et de New York University, membre associé du Centre d’histoire du XIXe siècle des Universités Paris I et Paris IV



11H00 | Table ronde avec les intervenants de la session 1



11H45 | PAUSE



12H00 | Conférence – “Images et corps : troubler le regard”

Georges Vigarello, historien, directeur d’études à l’EHESS (Paris)



14H00 | Session 2 animée par Gilles Boëtsch et Fanny Robles – “Corps et imaginaires”

Bernard Andrieu, philosophe, professeur à l’Université Paris Descartes/Université de Paris, directeur de l’EA 3625 à l’Institut des Sciences du Sport-santé de Paris

Nicolas Bancel, historien, professeur ordinaire à l’Université de Lausanne (Suisse), faculté des sciences sociales et politiques (ISSUL), codirecteur du Groupe de recherche Achac

Myriam Chopin, maîtresse de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Haute-Alsace

Pascale Heurtel, adjointe à l’administrateur général pour le patrimoine, l’information et la culture scientifique et technique au CNAM (Paris)

Sandrine Lemaire, agrégée, docteure en histoire et enseignante en classes préparatoires aux grandes écoles (Reims), codirectrice du Groupe de recherche Achac

Pascal Ory, professeur émérite d’histoire à la Sorbonne (Paris I)



15H00 | Table ronde avec les intervenants de la session 2



15H45 | Conférence “Comment lire une image ?”

Sylvie Chalaye, anthropologue et historienne, codirectrice de l’Institut de recherche en études théâtrales de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Jean-François Staszak, professeur ordinaire au département géographie et environnement de l’Université de Genève (Suisse)



16H10 | PAUSE



16H25 | Session 3 animée par Nicolas Bancel et Naïma Yahi – “Domination et « race »”

Pascal Blanchard, historien, chercheur LCP/CNRS (Paris), codirecteur du Groupe de recherche Achac

Nathalie Coutelet, historienne, maîtresse de conférences au département Théâtre de l’Université Paris 8

Delphine Diallo, artiste visuelle et photographe (New York)

Olivier Faron, historien, administrateur général du CNAM (Paris)

Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’Université Côte d’Azur (Nice), membre de l’URMIS

Hélène Kessous, anthropologue, docteure en anthropologie sociale et ethnologie de l’EHESS (Paris)

Naïma Yahi, historienne, membre associée de l’URMIS et directrice de l’association Pangée Network



17H25 | Table ronde avec les intervenants de la session 3



18H10 | Perspectives animées par Pascal Blanchard



19H00 | COCKTAIL

Congrès national de la SFHST

Congrès national de la SFHST 

Appel à communications


15, 16, 17 et 18 avril 2020
Montpellier.


Nous vous invitons dès à présent à soumettre un résumé (max. 400 mots) pour une proposition de communication qu'elle s'inscrive dans le cadre d'un symposium (voir descriptif des symposia sur le site du congrès) ou qu'elle soit hors symposium (communication libre).


Cette proposition de communication, qui comprendra un titre et un résumé, devra être soumise directement sur la plate-forme du congrès : https://sfhstmtplr2020.sciencesconf.org/



Date limite d'envoi des résumés : le 6 janvier 2020.



Instructions pour le dépôt des communications:

1) Les personnes qui ont déjà créé un compte pour la soumission d'un symposium doivent l'utiliser à nouveau. Sinon, il convient de créer un compte à partir du lien suivant : https://sfhstmtplr2020.sciencesconf.org/user/createaccount

2) Le symposium choisi doit être sélectionné dans un menu déroulant (voir les résumés des symposia – pdf à télécharger sous l’onglet ‘Symposia’). Dans le cas d'une communication hors symposium, il faut sélectionner la première option « 1. Communication libre » en haut du menu.

3) Une seule soumission par personne n’est autorisée.

4) Merci de ne pas attacher de fichiers supplémentaires lors de la soumission.

mercredi 13 novembre 2019

Sexualités, identités et corps colonisés

Sexualités, identités & corps colonisés


Sous la direction de Gilles Boëtsch, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Sylvie Chalaye, Fanny Robles, T. Denean Sharpley-Whiting, Jean-François Staszak, Christelle Taraud, Dominic Thomas et Naïma Yahi 


Avant-propos d’Antoine Petit, président du CNRS
Postfaces de Leïla Slimani et Jacques Martial






Longtemps passées sous silence, la sexualité dans les empires coloniaux et la domination sur les corps apparaissent aujourd’hui comme des sujets de recherches majeurs. Les héritages de cette histoire font désormais débats dans nos sociétés de plus en plus métissées et mondialisées. Six siècles d’histoire ont construit des imaginaires, des fantasmes et des pratiques analysés dans cet ouvrage au fil des cinquante contributions de spécialistes internationaux. Coordonné par un collectif paritaire de dix chercheur.e.s de plusieurs disciplines, l’ouvrage Sexualités, identités et corps colonisés tisse des liens entre passé et présent, et explore les nombreuses facettes de cette histoire. La publication de Sexe, race & colonies en 2018 a initié débats et polémiques, mais a aussi reçu un écho sans précédent. Ce nouveau livre va plus loin.
Aux quinze articles majeurs du précédent ouvrage, réédités pour les rendre accessibles au plus grand nombre, ont été ajoutées trente contributions inédites éclairant la transversalité de cette question dans tous les empires coloniaux jusqu’aux sociétés postcoloniales actuelles. Ce livre permet de saisir comment la sexualité et les hiérarchies raciales ont été consubstantielles à l’organisation du pouvoir dans les empires et à l’invention d’imaginaires transnationaux. Déconstruire les regards coloniaux qui sont omniprésents dans nos représentations suppose de regarder en face cette hégémonie sexuelle mondialisée et ce passé, aussi complexe soit-il. C’est à ce prix qu’une décolonisation des imaginaires sera possible.



Histoire des insecticides au Japon

Three-year PhD Studentship on the history of insects, insect control, and insecticides in modern Japan 

Call for applications


The Department of History at the University of York is delighted to invite applications for a three-year PhD Studentship to consider any aspect of the history of insects, insect control, and insecticides in modern Japan (19th and 20th centuries). The project would suit a candidate with an interest in fields such as the history of science, technology and medicine, social history, environmental history, cultural history or economic and business history. Candidates will need a good reading knowledge of Japanese.

PhD proposals could encompass any of the following, and are not limited to this list:
  • the construction of insects as ‘pests’
  • insecticides and the home
  • disease control and insecticides
  • the history of natural insecticides such as pyrethrum (derived from chrysanthemum)
  • the impact of DDT
  • insecticides, war and empire
  • cultural history of insects
  • insecticides and industrial development
  • the marketing and advertising of insecticides in Japan.
  • scientific innovation in insecticides (the mosquito coil is a Japanese invention).

The student will be part of the Wellcome Trust-funded project 'The Chemical Empire: A New History of Synthetic Insecticides in Britain and its Colonies, c 1920-1970', headed by Dr Sabine Clarke. The PhD will be jointly supervised by Dr Clarke (sabine.clarke@york.ac.uk) and Dr Oleg Benesch (oleg.benesch@york.ac.uk) and will be based in the Department of History at the University of York. Informal enquiries to one or both of the supervisors are warmly encouraged.

Full details

https://www.york.ac.uk/history/postgraduate/funding/modern-japanese-history-scholarship/